Le bonheur de l'adopté

ADOPTION




L’aube au sommet des toits commençait à s’étirer

Quand les nuages ébauchèrent des notes de cristal

Sur l’onde blafarde de l’Etang Oriental

Pendant que dans la grande ville la vie se manifestait

Un peu plus loin dans un coin sombre de déchirement

Des mauvais coups du destin imploraient Lucifer impuissamment

Dans les cieux un oiseau de fer brisait le morne silence

Indéniable témoignage d’existences morcelées par le revers de la vie

Qui s’affiche sur des visages maudits

Colorés de résignation et d’angoisses immenses

Des petits yeux éteints scrutaient l’azur craquelé

Et le gros engin défilait telles de vieilles promesses usées

Quand il s’est posé sur cet aéroport oublié

Les enfants ignoraient la raison de sa présence

Pourquoi atterrir dans ce désert affligé envers d’un décor abandonné

Où la détresse pointe son œil en permanence ?

C’est alors qu’un homme apparut

Chacun de ses pas donnait les seuls murmures de vie

Dans cet endroit glacé et perdu

La gorge serrée, les mains tremblantes, les yeux troublés

On lisait sur son visage la compassion et la félicité

Dépeignant un sujet sensible et éprouvé

Il reconnut le petit homme pour lequel il avait signé des papiers

Mais l’émotion couvrait de silence le petit garçon apeuré

Quand l’avion décolla de l’aéroport bousculé

Les autres enfants regardaient s’éloigner la clémence d’une destinée

Ils sont restés là-bas pour attendre le prochain miracle et témoigner

Car les plaies de leur vie mutilée ne demandent qu’à être cicatrisées

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site