L'amour éclair


D'aussi loin que je m'en souvienne

Aucune sensation fut aussi soudaine

C'était comme une fable lointaine

Qui vint pour effacer mes peines

Le premier jour nos regards se croisèrent

Promenant un parfum divin dans l'air

Le second fut tout aussi inoubliable

Puisqu'il te fit plus que toute désirable

C'était comme si la lune rencontrait le soleil

Comme si les nuages dessinaient ton corps dans le ciel

Comme si toute ma vie

Avait été imprégnée de ta lueur

Sans que je puisse l'attraper de peur

De tout gâcher et de me brûler aussi

Soudain mes craintes plongèrent dans l'oubli

Pour ne laisser en moi que du désir et beaucoup d'amour aussi

La nature entière épousa tes formes harmonieuses

Pour séduire le monde entier

Ta seule image racontait à mon coeur des histoires fabuleuses

Que je ne cesse de me rappeler

La première est gravée dans mon âme

Elle me rappelle avant tout que tu es une femme

Les mots jouent avec les sentiments

Les phrases ont le goût de la bouche de deux amants

Les lignes content la vie et l'éternité

Qui allie amour et sincérité

Les cris de chuchotements

Que je perçois agréablement

Surgissent du monde de mes rêves

Que j'ose faire vivre au bout de mes délires

Où passionnément je te fais soupirer

Je te donne les plus beaux sourires

Qui me font oublier la douleur de t'aimer

Et t'offre la chaleur des nuits d'été

Au prix de brûler ma peau fragile

Près d'une passion trop difficile

Irritant l'ibis de mes yeux trempés

Toutes ces histoires d'horizon illimité

D'amour plus que parfait

Et de corps conjugués avec fidélité

C'est toi qui me les a léguées

Sans le savoir sans le vouloir

Tu m'as cloîtré dans le noir

Pour que je ne cesse de penser à toi

Tu as enfoui en toi toutes mes joies

Et quand je tente de t'attraper

Tu te laisses glisser

Ma solitude est continuelle

Ma punition devient cruelle

Je ne pourrais me délivrer

De cet enfer imaginé

Que lorsque j'aurais vaincu ma timidité

Que lorsque j'oserais te parler

En attendant je t'imagine

Toujours plus divine

Tu caresses mes songes

Qui dans le bonheur me plongent

Ma vie animée par tous ces rêves

Te font bouger toi fille d'Eve

La réalité n'a plus cours

Dans ce roman d'amour

Au-delà de toute espérance

Des corps s'élancent

Des coeurs s'attrapent et s'attachent

Des cris de plaisir se lancent sans relâche

Des couleurs aux nuances du bonheur

Brillent sur des jardins en fleurs

De tendres regards adoucissent le temps en folie

Et on souffle tous les nuages gris.

8 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Commentaires (2)

1. GALLOWAYCLAIRE 10/12/2011

People deserve good life time and mortgage loans or secured loan can make it much better. Because people's freedom bases on money.

2. holyday widley (site web) 08/07/2017

J'aime ce texte

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site