Elle s'appelait Eva

J'ai longuement marché

Sur ma route en quête de mon amour rêvé

Sans réellement trouvé

Un jour, une muse en plein coeur me frappa

Je m'imaginais au paradis déjà

Elle se nommait Eva

Depuis longtemps je suivais ses pas

Depuis longtemps son parfum m'énivrait

Mais jamais je n'ai pu la croiser

En ce jour-là j'eus le privilège de son coeur

Un immense lac de sentiments colorés

J'eus le privilège de son âme

Une source intarissable de beauté

Qui la faisait « grande dame »

Se tissait au fil du temps

Ce que les êtres ne savent expliquer

Car il n'existe aucune raison d'aimer

Deux êtres deviennent Soleil et Feu

Et ne pensent qu'à s'unir tous les deux

Dans le bonheur d'exister vraiment

En osmose et en harmonie

Tout ce qui donne saveur à la vie

Aussi vrai que les étoiles éclairent la nuit

Eva est devenue la lumière de ma vie

Pour venir me trouver

Elle a tout abandonné

Mon coeur lui construira un gîte douillet

Je le lui promets

Mes yeux la couvriront de tendresse

Mon âme l'écoutera sans cesse

Je le lui promets

Ma vie sera sa vie

Et elle et moi formerons nous

Et nous nous mélangerons comme des fous

Dans la volupté du verbe aimer

De la tolérance et le bonheur parfait.

3 votes. Moyenne 2.33 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site