Extrait de mon roman "un amour d'étoile"

(...)Sur la route qui grimpait jusqu’au soleil, je sifflotais. Nous sommes passés devant la maison de Gabrielle. J’ai soudain pensé à Marie. Je me suis retrouvé les quatre fers en l’air. La route était pavée de carreaux ocres, jaunis par le soleil. J’avais posé le pied dans un trou entre deux pavés. Mes parents,bras dessus bras dessous,se sont décollés pour me porter secours. Mes fesses me piquaient. Ils m'ont relevé, l'un me tirant d’une main, l’autre du bras. Pendant que je me frottais énergiquement l’arrière train, Marie sortait de chez elle. Je n’ai pas répondu à mes parents qui s'inquiétaient de ma chute. J'ai collé mes yeux sur Marie machinalement. Je n’arrivais plus à les détacher. C’était une sirène, un rêve qui me transportait sur une étoile, sur une île, sur un endroit où il n’y aurait de la place que pour elle et moi. J’aurais eu besoin de Mamie pour m’expliquer ce qui m’arrivait. Mon regard se promenait sur la douceur de sa peau. Quel visage d’ange ! Ses yeux pétillaient comme le bonheur des gens heureux. Ses longs cheveux tombaient en boucles juste au dessus de ses petits seins à peine formés.

Elle avait un tee shirt blanc qui s’arrêtait au dessus du nombril. Une jupette en toile blanche la couvrait jusqu’à la moitié des genoux. Je croyais voir une publicité de charme qui fait rêver.

- Bonjour

- Bon…Bon…Bonjour.

 C’était fait. En plus de mon regard, elle avait capturé ma voix. Ca voulait peut-être dire que je devenais son prisonnier.

Elle allait voir son papa qui était dans la même direction que la nôtre. Elle m’attrapa la main.

- En avant toute.

J’aurais voulu tous les jours d’un guide comme elle. La chute ne brûlait plus mes fesses mais Marie picotait mon cœur. Il cognait à bâtons rompus contre mon torse comme un musicien jouerait de mon cœur en guise de batterie. J’étais le roi du monde. Je respirais fort l’odeur des arbres. J’aspirais et j’inspirais comme si je manquais d’oxygène. En me tirant le bras, elle me demanda ce que j’avais.

- Je suis heureux, c’est tout.

 Elle me déposa un baiser sur la joue(...)

4 votes. Moyenne 3.25 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site