extrait de mon témoignage sur la scléose en plaques


(...)Les soirs d’été, installé sur ma terrasse, les étoiles me captivent. Elles sont accrochées dans le ciel mais rien ne les attache. Une nuit, Laurence me retrouva dans le jardin, ses mains effleurant mon épaule.

« Je suis fière de toi. Jamais tu ne te plains. Tu souries et plaisantes sans cesse. Pourtant tu aurais toutes les raisons de déprimer. »

Je tendais mon regard vers les astres qui nous coiffaient.

« Les étoiles sont libres. Elles brillent parce que le soleil s’est couché. J’imagine aussi que c’est parce qu’elles ne sont pas prisonnières. Moi, c’est pareil. »

La « SEP » m’a assujetti. Constatation négative. Dépendance qui écrase. Déséquilibre majeur car je ne prends pas en compte les points positifs. A l’inverse, si je me sens libre, perméable au bonheur, si je substitue aux frustrations, au handicap que la « SEP » m’impose mes petits plaisirs quotidiens, j’équilibre la balance de l’existence et la vie devient plus agréable.

Sans la « SEP », nous n’aurions jamais rencontré les personnes que nous avons connues. Des gens au cœur éclos qui savent combien la réciprocité dans les sentiments est primordiale. Ensemble, nous sommes une grande famille. Des liens d’amour, d’amitié se sont tissés que rien ni personne ne pourra détruire.

La « SEP » travaille mon corps comme un sculpteur taille la pierre. Elle a modelé mon esprit aussi. Avec le temps, elle a transformé ma vision de la vie. Je me sens léger comme ces mouettes qui survolent la terre ou comme ce vent d’été qui chatouille les arbres(...)



(...)Une correspondante de Paris très dépressive m’avait écrit qu’elle n’envisageait aucun espoir dans son existence. Elle avait mis un énorme point dans la ponctuation de sa vie. Et elle me soulignait que la mienne était remplie de points de suspension. Je les envisage chaque seconde car sans eux il n’y aurait plus de vie.

L’espoir est là pour chacun de nous. La médecine avance plus ou moins vite mais elle progresse. Pour construire une maison, le maçon dépose une première brique, ensuite une seconde, après une troisième et ainsi de suite. Pour la « SEP », les chercheurs ont besoin encore de temps mais comme le maçon, petit à petit, ils déboucheront sur la victoire. Même s’il ne s’agit que de supposition, je n’oublie pas l’hypothèse du chercheur de Lyon avançant que dans le cadre de la « SEP » d’ici une dizaine d’années elle serait guérie.(...)


(...)Je rêve du jour où les médecins vaincront la « SEP ». Ce sera une troisième vie pour moi. Qui peut prétendre à trois vies dans une existence ? Je suis convaincu que cette période arrivera où la « farceuse » ne sera plus qu’une mauvaise farce du passé. Mon témoignage aura contribué à vous éclairer peut-être. Il est sûr en tous cas que vous percevrez au fond des cieux les trois astres qui se sont alignés(...)

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

1. sandrine 25/02/2008

Extrait des "trois astres" je crois bien!!

2. ange29 30/03/2008

plus j avance dans ton livre et plus j en ai les larmes aux yeux.Je suis a la dernière page de ton livre la farceuse et j ai beaucoup aimé au point d en avoir perdue le sommeil.Félicitation et j attends avec impatience la suite de ton histoire.bisou ange
29

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site